Trilogie Refuge Repaire Ressource (poésie)

 

Recueils de Poésie

René Poulin

Trilogie vicinale

151 Poèmes narratifs



    Présentée à la sélection 2022 du Prix Poésie21 en l'honneur de Lucienne Gracia-Vincent, avec le soutien de la Fondation Saint-John Perse.
Il s'agit d'une Trilogie : poèmes nés d’un voyage au Québec où un ancêtre s’installa en 1636.
« J’ai l’intime conviction que sont enfouies profondément en nous les expériences de nos aïeux »
Les poèmes donnent la parole à cet ancêtre et à son enracinement au Canada.
Tel cet extrait : « Débarquant en chaude période dans ce paradis
                                 De nature boisée aux dimensions indéfinies
                                 Cédant à l'euphorie après l'agonie du voyage
                                 Saluant la haute taille des arbres plantureux
                                 Et l'heureux sort que réserve le sol précieux
                                 De cette nouvelle patrie à notre franc courage
                                 Mes premières volontés furent de le dompter... »
Mais cette poésie virile, sensible aux beautés naturelles, n'est pas exempte de tendresse et d'émotion, comme la douleur du deuil de l'épouse aimée :
                              « Ne plus voir ses yeux
                                 Ne plus parler sa langue
                                 Du vide qu'elle a laissé
                                 Tout seul
                                 A espérer
                                 Ne plus »
La reconstitution sentimentale de ces colons, leur confiance en la vie, leur capacité à faire l'Histoire sont admirablement rendus.

REFUGE              

Poèmes exploratoires de l'Ancien Temps du Nouveau Monde

Partir sur la trace du chemin intérieur qui mène à notre nature singulière, devenue peu à peu méconnue. Chercher à chaque pas l'issue d'un récit qui se cache en nous. Explorer ses origines anciennes pour tenter de mieux comprendre son destin. Voilà ce que propose ce périple expérimental, sous forme de recueil, pour qui veut bien s'y perdre ou au mieux se retrouver.

Avancer à rebours sur le sentier des découvreurs avec pour seule boussole le temps qui passe et pour seul objectif capital, la survie dans un monde nouveau. Établir un camp, semer un champ, bâtir un abri, conserver sa récolte, traverser les saisons, résister aux intempéries. Voilà l'endroit de notre refuge.


40 poèmes / 90 pages
Parution janvier 2021
Format Papier : 11€ (frais de port inclus)
Format Numérique : 6€
Commander ici :
Chez l'éditeur
à la FNAC


REPAIRE
extrait :

Chaque parole rapproche

Chaque silence éloigne

Lequel des maux est le moindre

Quand l'issue tarde à poindre

Faire le choix du plus noble

Si parfois les deux se joignent


Le jour du départ intense

Répété en écho au loin

Près du dernier pain à rompre

Restera-t-il à entendre

Un mot après le silence

Mis à part celui de la fin

REPAIRE

Poèmes parcellaires de l’essentiel retour au pays

Le nécessaire retour aux sources comporte des méandres mouvants, que l’on ignore encore au moment de les emprunter. Depuis l’embouchure du fleuve, suivre le cours à contre-courant en remontant la rivière, jusqu’au ruisseau de la naissance, telle est l’aventure impérieuse qui s’annonce.

Revenir sur ses pas pour constater le chemin parcouru. Redécouvrir l’innocence de l’enfance révolue. Reprendre les sentiers qui mènent aux lieux où on a grandi. Ressasser les souvenirs emmêlés et les remettre dans l’ordre du passé retrouvé, pour enfin laisser le temps faire librement son œuvre. Voilà l’endroit de notre repaire.


50 poèmes / 126 pages
Parution février 2022
Format Papier : 12€ (frais de port inclus)
Format Numérique : 6€
Commander ici :
Chez l'éditeur
à la FNAC

RESSOURCE

(Participation au 8e prix de Poésie21 2023, avec le soutien de la Fondation Saint-John Perse)

Troisième ouvrage d’une trilogie après Refuge et Repaire : poèmes narratifs sur le thème d’un ancêtre parti dans le nouveau monde (le Québec).

L’auteur excelle à se glisser dans la vision d’un émigré du XVIIIème siècle, à reprendre des expressions archaïsantes, à reconstituer la vie d’un colon marquée par la succession des saisons et l’âge venant. Sa philosophie de la vie est alors l’objet de réflexions générales que la maîtrise de la versification renforce. 

Extrait :

« Parfois la brise câline
Colporte de doux murmures
En dépit de modeste tournure
Soigne la plaie des épines

Parfois la brise légère
Emporte de lourdes peines
Le stigmate d’offense lointaine
Couvre l’ire de congères

Souvent la brise se brise
Sur le mur d’indifférence
Monté de toutes pièces en tous sens
Ou celui de la bêtise

Souvent la brise s’enlise
Dans la coiffe de l’errance
Pour démêler les fausses nuances
En quoi elle est soumise »

RESSOURCE

Poèmes ascensionnels des origines verticales

Persévérer, toujours en préserver l’essentiel, tout tenter pour accéder à notre ressource principale, par des chemins de traverse désaffectés, qu’il fait bon remettre en usage. En débroussaillant avec les moyens du bord, les vestiges de voies empruntées jadis. Rétablir les liens, remettre en ordre les allées redevenues praticables, qui mènent à la source originelle que l’on croyait tarie. L’œuvre de la vie ne s’arrête pas à la nôtre.

Traverser des océans, gravir des sommets escarpés, plonger dans le ventre des continents aux climats austères, braver les cataclysmes déchaînés, rien ne suffira à notre épreuve, rien n’arrêtera la marche résolue de notre démarche absolue. Se nourrir, s’élever, se reproduire, avancer avec l’énergie transmise par nos lumières éphémères porteuses d’espoir et la soulever à bout de bras ouverts. Voilà l’endroit de notre ressource.


61 poèmes / 168 pages
Parution janvier 2023
Format Papier : 18€ (frais de port inclus)
Format Numérique : 6€
Commander ici :
Chez l'éditeur
à la FNAC

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'eau que l'on maltraite (essai)

Faux Bourdon (théâtre)